Le groupe Canal+ va acquérir OCS, le bouquet de télé payante d’Orange

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Ils ont officialisé « la signature d’un protocole d’accord ». Le groupe audiovisuel Canal+ va acquérir OCS, le bouquet de chaînes payantes de l’opérateur de télécommunications Orange, ainsi que sa filiale de coproduction de films et séries, ont-ils annoncé lundi 9 janvier dans un communiqué commun. Les deux groupes français expliquent également que « Canal+ deviendra à l’issue de cette transaction l’actionnaire unique des deux sociétés », OCS et Orange Studio.

Le montant de la transaction n’est pas précisé. Mais, selon le quotidien économique Les Echos, « une fois n’est pas coutume, c’est le vendeur, c’est-à-dire Orange, qui verse de l’argent à l’acheteur Canal+ ». En effet, OCS, lancé en 2008 et qui compte quelque 3 millions d’abonnés, est « endetté et en pertes ». Cette somme « serait de moins de 100 millions d’euros et surtout ne prendrait pas la forme d’un chèque sec à Canal+ », affirment Les Echos. D’après le journal, cet accord clôt une « négociation de presque deux ans ».

Canal+, principal distributeur d’OCS

« Orange sera amené à supporter les cash-flows négatifs [quand l’entreprise sort plus d’argent qu’elle n’en rentre] futurs », poursuit le journal, selon lequel « l’opérateur s’est engagé à verser des minimaux garantis à Canal+ sur trois à quatre ans ». « OCS, facturé 11 euros par mois seul, a accumulé entre 400 millions et 500 millions d’euros de pertes depuis son lancement, selon nos informations », ajoutent Les Echos.

A l’heure actuelle, Canal+ est le principal distributeur d’OCS et y détient une participation de 33,34 %, qui lui donnait un droit de préemption. Depuis le 1er janvier, OCS a perdu l’un de ses contenus majeurs, les séries emblématiques de la chaîne américaine HBO, comme Game of Thrones ou Les Soprano. HBO a décidé de ne pas renouveler leur contrat de distribution, afin de réserver ses programmes à sa propre plate-forme de streaming, qui n’est pas encore disponible en France.

Le Monde avec AFP